Forum de l'Armée Algérienne

***PAR ET POUR LE PEUPLE***
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Marine de Guerre espagnole (News, Photos, Vidéos)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Mehdi
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 229
Date d'inscription : 01/02/2007

MessageSujet: Re: La Marine de Guerre espagnole (News, Photos, Vidéos)   Ven 6 Avr - 21:30

Que veux-tu dire par : "Le Maroc a montré interet ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hornblower
Homme de troupe
avatar

Nombre de messages : 52
Localisation : Cantabria-España
Date d'inscription : 16/01/2007

MessageSujet: Re: La Marine de Guerre espagnole (News, Photos, Vidéos)   Sam 7 Avr - 16:31

Mehdi a écrit:
Que veux-tu dire par : "Le Maroc a montré interet ?"
Hornblower a écrit:
Citation :
L´ Armée marocaine envoie deux de ses meilleurs navires à l'Espagne par fois première depuis la crise de Persil

Pour la première fois depuis la crise de l'îlot de Persil, qui a été sur le point de dégénérer dans une confrontation armée entre les deux pays en juillet 2002, la Marine Réelle du Maroc a envoyé à deux de leurs meilleurs navires de guerre à l'Espagne, bien que pour des motifs bien différents.
La frégate Mohamed V, de presque 3.000 tonnes, construite en France à la fin de la décennie passée, a pris part, entre les 21 et 27 mars, l'exercice Galiber 07, organisé par l'Espagnol Armée.
Pour sa part, la corvette le Lieutenant le colonel Errhamani, de presque 1.500 tonnes, construite en Espagne à la fin des années soixante-dix, a été soumise à une inspection exhaustive dans la base navale de Carthagène (Murcie) entre les 19 et 23 du même mois.
Le Galiber 07, un des exercices les plus ambitieux que l'Armée Espagnole, a été développé pendant tout le mois de mars depuis la Méditerranée orientale jusqu'à l'Atlantique Oriental, en concluant précisément dans le port marocain d'Agadir.
Dans le groupe de combat dirigé par le porte-avions Prince d'Asturies on a intégré des navires de plusieurs pays, singulièrement la frégate française Jean Bart et, pendant deux périodes de deux jours chacun, le Marocain Mohamed V. Pour sa part, le Lieutenant le colonel Errhamani a été soumis à une inspection profonde à Carthagène par des techniciens de l'Espagnol Armée et de Navantia, l'entreprise navale espagnole qui l'a construite.
La corvette marocaine, avec presque 25 années en service, appartient à la classe Découverte, et ses Espagnols jumelées ont été déjà réduites à la catégorie de patrouilleurs de hauteur, ce pourquoi, selon les experts, il devrait être soumise à une réparation profonde pour la mettre au point et prolonger sa vie opérationnelle.
Ces deux visites démontrent les relations excellentes entre les Armées des deux pays.
Le responsable de la Marine réelle marocaine a été il y a quelques mois en Espagne de visite privée, selon les sources consultées, et a montré son intérêt pour les Navires d'Action Maritime (BAM), l´ Armée a chargé à Navantia pour remplacer à moyen terme à des patrouilleurs hauteur et corvettes, entre d'autres types de navires.

Selon le journalist la Marine marocaine aime le BAM........

Salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ejercitosdelmundo.es/index.php
garrulo
Homme de troupe


Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 16/01/2007

MessageSujet: Re: La Marine de Guerre espagnole (News, Photos, Vidéos)   Lun 14 Mai - 15:01

Celle Armée entame cet été l'achat de ses 24 premiers missiles Tomahawk par 72 millions l'Espagne ne pourra pas utiliser à moyen terme son arme plus puissante sans l'approbation des USA MIGUEL GONZÁLEZ - Madrid - 14/05/2007 L'Espagne donnera cet été le pas définitif pour se transformer le tiers pays (après les Etats-Unis et le Royaume-Uni) qui dispose le missile Tomahawk, maximum exposant du pouvoir militaire américain dans des guerres comme celles du Golfe, Kosovo, l'Afghanistan ou l'Iraq. Le programme d'acquisition des 24 premiers missiles, avec un coût de de 72 millions de EURO - qu'inclut son intégration dans les frégates F-100 et les sous-marins S-80 -, sera entamé dès que l'US Navy remet la charte Offre et Acceptation (COA), qui reflète les conditions pactisées avec l'entreprise fabricant, la Raytheon américa* L'acquisition du Tomahawk supposera un saut qualitatif pour l'Espagnol Armée. Par fois premièrement, il disposera d'un missile capable d'atteindre un objectif situé à 1.600 kilomètres de distance avec une marge d'erreur de dix mètres. Et il pourra le faire sans avoir besoin risquer à ses pilotes (comme il se produit avec les missiles lancés par des avions), depuis la sécurité un bateau ou d'un sous-marin situé loin de la portée des représailles éventuelles. L'arme qu'il lui permettra de faire l'est le Tac-Tom (Tomahawk Tactique ou Bloc IV), un missile subsónico d'attaque à terre et une plus petite portée que ses prédécesseurs stratégiques, mais doté d'améliorations sensibles, qui permettent de le reprogramar en vol ou de choisir entre 15 blancs alternatifs. Une fois que le Ministère de la Défense réponde avec un OK à la COA de l'US Navy, on mettra en marche le programme, avec un premier paiement de de quatre millions de EURO pour cette année et un coût total de de 72 millions, le long de huit exercices. Avec cet argent non seulement on couvre le paiement des 24 premiers missiles (chacun coûte quelque 500.000 EURO), mais aussi, et surtout, la formation et l'instruction des équipages et l'adaptation des plates-formes. Opérationnels en 2012 Il est prévu qu'entre les années 2008 et 2012, en profitant de l'arrêt programmé pour installer les missiles antiaériens Evolved les quatre frégates Est Sparrow, s'adaptent F-100. Il s'agit d'un ajustement relativement simple, selon les sources consultées, parce que ces navires disposent déjà de lanceurs verticaux. La frégate F-105, encore en projet, et la F-106, en suspens d'approbation, sortiront des chantiers navals des listes pour le Tomahawk. Plus complexe résulte l'installation du missile dans les futurs quatre sous-marins S-80, qu'on abordera dans une seconde phase, en profitant de ses tubes des lanzatorpedos. Les contacts entre les états plus grands de l'Espagnol Armée et l'US Navy pour le transfert du Tomahawk ont été entamés en avril le 2002. La vente a été approuvée par la Marine américaine, mais non par le Pentagone, qui a finalement donné le feu vert en juin 2005 au moyen d'une lettre du secrétaire d'État de Défense, Donald Rumsfeld, à son alors Espagnol homologue, José Lien, avec lequel il s'est eu une entrevue à Washington un mois avant. Pendant ce temps, après de nombreux échanges de visites, celle Armée a terminé l'étude de viabilité pour installer le Tomahawk dans les F-100 et les S-80. Par le chemin on a écarté d'autres alternatives européennes, comme le Scalp, version navale du Storm Shadow de MBDA, qui est encore en phase de développement. L'achat sera fait par le système FMS, de sorte que l'US Navy agisse d'intermédiaire entre Armée et la Raytheon espagnole. La première commande de 24 missiles ils seront encore de nouveaux départs, puisque les nécessités sont estimées quelque 12 missiles par frégate. En ce qui concerne le S-80, le chantier naval espagnol Navantia et la signature américaine Lookheed Martin, fabricant du système de combat, négocient déjà un accord d'assistance technique pour intégrer le missile dans le sous-marin. Cependant, le plus difficile n'est pas d'avoir le Tomahawk, mais être capable de l'utiliser de façon autonome ; c'est-à-dire, ne pas dépendre des USA pour chaque emploi. Sans cette autonomie, l'effet dissuasif serait sérieusement diminué, parce que l'ennemi éventuel pourrait s'adresser directement aux USA sans avoir besoin être compris avec l'Espagne. Des sources militaires reconnaissent que, dans une première phase, la capacité de l'Espagnol Armée n'ira pas beaucoup au-delà "de serrer du bouton", tandis que la sélection de blancs sera entre les mains des USA. L'utilisation du Tomahawk sera limitée aux occasions dans lesquelles les Forces Armées Espagnols opèrent en coalition avec les USA. À moyen terme, toutefois, ils soutiennent les mêmes sources, en effet on pourrait atteindre une certaine autonomie, de sorte qu'il soit possible d'utiliser le missile sans appui externe, même s'il était perdu en précision. Tous les systèmes d'armes de dernière génération sont soumis à des restrictions techniques du fabricant, mais dans le Tomahawk celles-ci rendent irréalisable leur emploi. Le missile, qui se adresse à son objectif en volant à basse hauteur, requiert l'appui d'un réseau de satellites communications et observation (en commençant par le GPS) dont l'Espagne manque. Son fonctionnement se base un système qui compare le profil du terrain et les images recueillies par sa chambre de TV avec les données stockées dans sa mémoire. Si l'Espagne veut disposer un listing de blancs, en marge de ceux facilités par les USA, il devra étudier et mettre à jour ses propres routes de rapprochement. Celui-là sera l'affectation du Centre de Plan d'aménagement National du Tomahawk que celle Armée veut mettre en marche à moyen terme. Seulement alors il pourra être dit, en propriété, que l'Espagne a un missile de croisière. Dissuasion survenue Comme il est habituel avec les principaux programmes d'armes en Espagne, l'achat du Tomahawk n'a pas fait l'objet d'un débat parlementaire. Seulement à une occasion, le 20 novembre 2006, le secrétaire d'État de Défense, Francisco Brun, a répondu alors dans le Sénat à une question du PP sur ce sujet et l'a signalé de duquel il n'y avait encore aucune décision prise le programme n'a pas été mentionné dans le débat des budgets, tenu dans le Congrès un mois avant, parce que ni même il figurait, au moins alors, dans les premiers postes de l'objectif conjoint de capacités approuvé par le chef de l'État Plus grand de la Défense, le général Félix Sanz, dans lequel par fois première on donnait la priorité aux nécessités des armées Dans le Sénat, Brun en effet a fait allusion à la Révision celle qui installerait l'acquisition de missiles de croisière. Mais ce document se réfère seulement, de manière générique, à la nécessité d'influencer "la projection du pouvoir naval la terre", une mention qui paraît plus adaptée à la force amphibie, à à laquelle il cite expressément, qu'aux Tomahawk. la Stratégie Militaire espagnole, approuvée en 2003, ne fait pas apparaître non plus trop de lumière, parce que son Objectif Stratégique Militer 3B se limite à dire que "on devra orienter l'activité des forces navales vers le littoral, avec une emphase spéciale à des opérations du pouvoir naval sur le tierra". Entre les défis de de celle Armée, la Stratégie Militaire espagnole indique la projection d'une brigade d'Infanterie de Marine capable d'opérer mot de la puissance de feu sur la terre la justification doctrinale pour l'achat des Tomahawk faut aller la chercher dans le principe de dissuasion, selon lequel "tout possible agresseur doit être pleinement conscient que l'Espagne dispose une capacité militaire comme les risques qu'entraînerait entamer un conflit dépassent largement tout possible bénéfice".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Marine de Guerre espagnole (News, Photos, Vidéos)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Marine de Guerre espagnole (News, Photos, Vidéos)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Demande photos + vidéos Rallye des routes du nord 2011
» Photos-Vidéo 2O6 Monster 23 Laurent Duperron-Blondet Coralie
» Recherche photos et vidéos du rivet n°48
» [22 septembre 2012] CR, Photos, vidéos de la manif anti CT à Reims
» Trail des Reculées 2010 (Résultats, photos, vidéos, CR)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'Armée Algérienne :: Forces Armées Etrangéres :: Europe, Amérique du Nord et Asie-
Sauter vers: