Forum de l'Armée Algérienne

***PAR ET POUR LE PEUPLE***
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 police algerienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
superviseur
Homme de troupe
avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 02/03/2010

MessageSujet: police algerienne   Mer 3 Mar - 1:11

en commence par L'unité aérienne de la sûreté nationale (Dar El Beida)

L 'unité aérienne de la sûreté nationale est de création récente dans le dispositif des forces de sécurité nationale (décret exécutif N°03-151 du 02.04.2003) ; dans le cadre de ses missions, elle est chargée principalement de la surveillance et de la régulation du trafic routier et de la recherche des véhicules et des personnes suspects en coordination avec les services concernés et en associant les moyens technologiques, terrestres et aériens, afin de rendre l'intervention des forces de police plus rapide et plus efficace. Ses prérogatives s'étendent également à la couverture aérienne des manifestations et des événements (ex : sportifs)qui se déroulent dans la capitale afin de veiller à tout débordement qui pourrait nuire à la sécurité.

Le dispositif mis en place pour une mission consiste à utiliser l'un des deux hélicoptères équipés de gyrostab (caméra) pour survoler un périmètre se situant sur les voies d'accès de la capitale, le véhicule également équipé d'une caméra pivotante qui s'installe à un point donné et auquel s'ajoutent les éléments chargés du trafic routier(motards) qui sont appelés à intervenir pour l'interception. Le service des opérations de la base, relié à ce dispositif par liaison VHF sol/air et par faisceau hertzien pour la liaison sol / sol est doté d'un système de télésurveillance héliporté qui retransmet une image en temps réel et qui est réacheminée par fibre optique sur les écrans des responsables de la DGSN, du Ministère de l'Intérieur notamment… afin que des décisions soient prises rapidement si la situation le requiert.

L'unité aérienne compte dans ses effectifs onze (11) pilotes dont 3 stagiaires qui ont suivi une formation de base à l'école supérieure de l'air de Tafraoui et une spécialisation en hélico à l'école militaire de Aïn Arnet à Sétif. Une spécialisation d'une année aux méthodes de recherche, de poursuite de surveillance en hélico s'est déroulée à Oxford Air Training School (Grande Bretagne).Les opérateurs qui manipulent la caméra au nombre de deux dont une femme ont été formés chez le fournisseur au Canada. La maintenance des appareils est assurée par le personnel qui compte 29 techniciens (dont 21 spécialisés en moteur-cellule), 07 aides mécaniciens ; tous ont été qualifiés par les constructeurs Eurocopter et Turbomeca, pour prendre en charge à différents niveaux la maintenance des hélicoptères. Une gestion informatisée des opérations de contrôle, de réparation et celle des stocks de pièces de rechange est suivie par tous ses techniciens qui font preuve d'une rigueur absolue dans le respect des consignes de sécurité des appareils.

Le briefing … et le debriefing d'une mission




Chaque matin, avant le début de la mission, l'équipage qui se compose de deux pilotes et du manipulateur de la caméra pour l'hélico et les opérateurs du véhicule terrestre subissent un briefing sur l'objectif, les données météorologiques et les prévisions sur l'axe à survoler, le point de stationnement du véhicule et celui des motards. Quelques minutes plus tard, chacun s'active, la routine : l'hélico est sur la piste, le véhicule de surveillance est déjà sorti rejoindre sa position, l'immense écran de la salle des opérations a été activé… à peine l'hélico prend son envol et on découvre les premières images provenant de l'appareil. L'hélicoptère doit surveiller l'axe aéroport - cité des Bananiers, le véhicule est stationné au niveau de Mohammadia ;la caméra scanne les trois voies et zoome sur les plaques d'immatriculation des véhicules qui circulent ;ainsi, entre 5000 et 8000 véhicules sont quotidiennement scannés et si des voitures suspectes sont identifiées, le dispositif terrestre prend la relève.
Au cours de la mission à laquelle nous avons assistée plus de 1845 véhicules ont été scannés, mission interrompue en raison de la brume qui couvrait la baie d'Alger, le véhicule intercepté (ni l'automobiliste d'ailleurs) ne correspondait pas au modèle recherché qui dispose donc d'une fausse plaque d'immatriculation. Une information qui est transmise immédiatement à tous les services et qui alimentera la base de données des véhicules recherchés. Au cours du débriefing à la fin de chaque mission, tous les faits sont consignés dans un PV, des renseignements relatifs à l'état de l'appareil sont également reportés. Investir dans la surveillance aérienne pour améliorer le dispositif de la sécurité est l'objectif de la DGSN qui compte installer dans le cadre du développement de l'unité aérienne, deux bases annexes respectivement à Oran et Constantine, en plus d'une unité nomade, dotée de tous les moyens pour intervenir sur n'importe quel point du territoire national.

La veille technologique et les projets de modernisation

Consciente des enjeux induits par l'utilisation des nouvelles technologies de l'information et de la communication et les projets de modernisation qu'elle envisage de développer, une convention cadre a été signée par Ali Tounsi et Messaoud Benhamadi respectivement directeur général de la DGSN et celui d'Algérie Télécom. Cette convention porte notamment sur le développement de liens sécurisés dans le domaine de la téléphonie, messagerie et la radio transmission, de liens avec l'utilisation de la fibre optique, l'introduction du Wimax, la mise en place d'un intranet sans fil …
La DGSN a mis en place également une commission technique d'évaluation des TIC qui se réunit périodiquement au niveau de l'unité de Dar El Beida que préside le commissaire divisionnaire Oultache et à laquelle participe notamment le commissaire Omar Daas, sous-directeur informatique et le commissaire Zineddine Maakouf, sous-directeur des télécommunications.

Les membres de la commission examinent les futurs projets et les mesures à prendre pour leur concrétisation : l'installation aux postes frontaliers d'équipements modernes pour la lecture du futur passeport biométrique, la mise en place en interaction avec les services de la justice d'un « tribunal du futur » qui consiste à alimenter les bases de données, de procédures judiciaires, de fichiers des condamnés (délit, lieu, peine…) ; la mise en place d'une base nationale de la carte grise…
Mais, là où la commission a bien avancé dans l'acquisition de nouveaux équipements puisque la DGSN expérimente déjà les appareils, c'est sur le Personnel Digital Assistant (PDA) qui est un système mobile d'identification des véhicules et personnes recherchés. La première phase d'expérimentation a concerné la sûreté de Dar El Beida où 10 PDA ont équipé les brigades terrestres. Au bout de 20 jours d'utilisation après 1732 consultations par les agents de sécurité, 10 véhicules ont été retrouvés et 3 personnes recherchées ont été interpellées.


La seconde phase a consisté à équiper 300 policiers dans les wilayas d'Alger et de Boumerdes, 362 véhicules recherchés ont été retrouvés et 2 réseaux démantelés, 162 personnes dont 5 terroristes arrêtés. « On a constaté que les agents se sont familiarisés rapidement avec cet appareil d'usage facile » précisera le commissaire Daas qui pense déjà avec les autres membres de la commission à améliorer les performances du système en introduisant les données relatives à la carte grise, introduire la photo du véhicule et pourquoi pas celle du propriétaire, introduire l'album de photos des personnes recherchées, une cartographie (projet en cours de finalisation)... « Nous étudions avec notre partenaire Algérie Télécom, la possibilité d'une mise à jour à distance des données » ajoutera-t-il pour qui cet appareil ne peut qu'améliorer efficacement les procédures de recherche. Autre équipement en phase d'expérimentation, c'est un ordinateur portable étanche caractérisé par un écran tactile, muni d'un système anti vibration et disposant d'un disque sauvegardé par un amortisseur.
Cet équipement est destiné aux barrages de police et aux agents qui patrouillent en véhicules.17 ordinateurs sont en usage actuellement.

«Je peux ajouter également qu'avec Microsoft nous regroupons régulièrement, ici à la base, nos ingénieurs développeurs (la DGSN compte 450 ingénieurs et techniciens en informatique)pour débattre de nouvelles solutions à intégrer dans nos systèmes et les infrastructures y afférentes; c'est une initiative qui porte ses fruits car ce mode de communication est plus efficace, le groupe comprend différents métiers et les solutions sont développées autour des exigences de chacun d'entre eux et en fonction des missions de la DGSN », conclut avec enthousiasme Oultache, directeur de l'unité .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
superviseur
Homme de troupe
avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 02/03/2010

MessageSujet: Re: police algerienne   Mer 3 Mar - 18:25

Assassinat de Tounsi : la famille du défunt conteste la version officielle

La famille de l’ancien DGSN Ali Tounsi, dans un communiqué dont TSA a obtenu une copie, conteste la version officielle des autorités sur les circonstances du drame. « Il est affirmé à travers toute la presse que le crime a été "commis sans témoins" et qu'il s'agit " d'un problème personnel". Contrairement a ces affirmations infondées, la famille du martyr tient à souligner avec force, que ce dernier n'avait aucun problème personnel avec son assassin, ni d'ailleurs avec quiconque. En témoigne les nombreuses marques de sympathie provenant de la société civile et particulièrement la
classe dite populaire », précise le texte.

« Son épouse et la famille tiennent à préciser que: le défunt a été assassine froidement, lâchement et en toute conscience dans son bureau de la Direction Générale de la Sûreté Nationale, alors
qu'il s'apprêtait à tenir une réunion avec les directeurs centraux. Il est mort "debout" dans son bureau, en patriote, au service de l'Etat, dans le cadre de la lutte de la criminalité sous toutes ses formes», ajoute le communiqué de la famille.

Cette mise au point de la famille Tounsi risque d’ajouter à la confusion qui entoure les circonstances de la mort de l’ancien DGSN. Elle intervient au lendemain des déclarations du ministre de l’Intérieur Yazid Zerhouni. Ce dernier a indiqué mardi que l’assassinat jeudi dernier du directeur général de sûreté nationale (DGSN), Ali Tounsi, était« une affaire personnelle » entre la victime et l’assassin, le colonel Oultache Chouaïb.

Jeudi dernier, le colonel Ali Tounsi, 76 ans, a été assassiné par balles dans son bureau par son adjoint le colonel Oultache, 64 ans, chef de la division aérienne de la police. L’assassinat d’Ali Tounsi est « clair », a dit M. Zerhouni tout en promettant la transparence totale dans cette affaire. Il a ajouté que l’enquête se poursuit et que tous les détails seront portés à la connaissance de l’opinion publique. Le ministre de l’Intérieur a précisé que la santé du colonel Oultache, hospitalisé à Ain Naâdja, est en « constante amélioration » et qu’il «sera présenté à la justice après son rétablissement».


TSA 03/03/2010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
superviseur
Homme de troupe
avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 02/03/2010

MessageSujet: Re: police algerienne   Mer 3 Mar - 22:20

Zerhouni: l'assassinat du chef de la police est "un crime sans témoins"

03 March,ennaharonline


L'assassinat du chef de la police algérienne Ali Tounsi jeudi dans son bureau à Alger est un "crime sans témoins", a indiqué mercredi à Alger le ministre algérien de l'intérieur Yazid Zerhouni.



  • L'assassinat du directeur général de la sûreté nationale "est un crime sans témoins qui a eu lieu entre le défunt et l'auteur (du crime)", a-t-il dit à la presse en marge de l'ouverture de la session de printemps du Conseil de la nation (Sénat).
  • L'auteur du crime est "vivant et est entre les mains de la justice (qui) fera son devoir en toute liberté et sérénité et rendra publics les résultats de l'enquête dans le respect de la transparence", a précisé M. Zerhouni.
  • M. Tounsi, en poste depuis seize ans, a été assassiné jeudi par un proche collaborateur qui a ensuite retourné son arme contre lui se blessant grièvement lors d'une réunion de travail au siège de la police à Alger, avait indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.
  • Le ministère n'avait alors pas précisé que M. Tounsi et son meurtrier étaient seuls pendant le drame.
  • L'identité du tireur n'a pas été communiquée, mais il s'agit selon la presse de Choueib Oultache, chef de la division héliportée de la police algérienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: police algerienne   

Revenir en haut Aller en bas
 
police algerienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Controle de police
» Les agents compétents en matière de police de la chasse
» Fixation plaque de police avant
» voiture de police américaine
» selle police pas chere

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de l'Armée Algérienne :: Armée de Terre - Marine - DAT :: DGSN-Police-
Sauter vers: